C'était la fac en 1967

1967, et après ? 50 ans de vie étudiante à Besançon

Nous sommes en 1967. Les résidences flambant neuves de la Bouloie poussent au milieu des champs et la BU Sciences prend ses quartiers. Sans poste télé, et avec un seul téléphone par bâtiment, la vie s'organise entre les bus pour le centre-ville, les copains de résidence, et le droit de visite entre "G" et "F", bâtiments garçons et filles.

En cette fin d'année 2017, tendons l'oreille vers ceux qui ont habité le campus de la Bouloie ces 50 dernières années. Des générations passées entre ces murs pour y faire ses premiers pas dans la vie adulte : travail, rencontres, amitiés, et amours, aussi. De mai 68 à aujourd'hui, de la machine à écrire à l'informatique, le paysage étudiant se transforme. L'enseignement supérieur ouvre ses portes à des générations étudiantes toujours plus nombreuses.

On se marre bien à la fac de lettres de Rouen, dans les années 50.

Les temps changent, pourtant les histoires sont les mêmes. Résidences étudiantes, bals du jeudi soir et musique américaine, 50 ans d'un vent de liberté sur le campus de la Bouloie.

Gérard Demassue, trucculent étudiant en deuxième année en 1967, président du club photo des résidences de la Bouloie.

Michelle Bride, jeune assistante à la faculté de biologie en 1967, avant de devenir la première femme professeure de biologie à l'Université de Besançon.

Michelle Bride, sur le campus (archives personnelles DR)

Kahn Lecocq, étudiant en licence MPC, et habitant du campus en 1967. A son étage, c'est toute la communauté vietnamienne de Besançon qui se retrouve.

Monique Guichon, bibliothécaire à l'Université de Besançon, passe son concours à Paris en plein mai 68.

Manifestation à Besançon le 27 mai 1968. Capture d'écran INA

Damienne Bonnamy étudie le droit entre 1976 et 1981, avant de devenir elle-même maître de conférences. Un milieu étudiant où on aime causer politique et grands idéaux de société !

Vendredi, c'est ravioli
 
-- Tout pour ma B.U. --
50 ans de vie pour la bibliothèque universitaire Sciences et sports Claude Oytana, au gré de l'évolution sociétale et technologique.

Chut ! On ne s'entend plus penser. Archives de l'université Aix-Marseilles

Ghislaine Gaultier, fille du premier conservateur de la BU Sciences, raconte son enfance dans un campus "au milieu de nulle part".

Hélène Pouilloux, nommée responsable de la BU Sciences en 1994. Une époque où les BDs font leur apparition dans les rayons !

Jean-François Girardot, ancien directeur du service de la documentation de l'université, a vu l'arrivée de l'ordinateur bouleverser la fac.

"Naaaan, il a dit ça ? Je le crois pas ..."

Remerciements : Nos témoins, l'équipe de la B.U. Sciences, et tout particulièrement Sami Choulot.

Cécile Pollart.

Type d'action: 
Lecteur Audio